Vie étudiante

  • L'accueil et l'accompagnement des étudiants

    Pour accueillir et accompagner l’étudiant durant son cursus, des services et une équipe pédagogique dynamique sont à sa disposition.
    L’équipe d’Essentia caraïbes a pour mission d’être à l’écoute, de conseiller et d’aiguiller dans les interrogations et projets des étudiants.

    Nous organisons les cours dans de bonnes conditions dans des salles climatisées, et donnons un accès internet en WIFI à l’ensemble de la communauté d’Essentia. Les matériels informatiques (ordinateurs portables, caméscopes, vidéoprojecteurs) et les fonds documentaires viennent compléter le bon déroulement des formations.
    Un tutorat est mis en place pour encadrer les étudiants dans leur évolution, notamment dans la rédaction des projets tutorés et mémoires de stage.

    Etudier à Essentia caraïbes, c'est s'adapter à un mode de fonctionnement et un rythme de travail régulier. Il s’agit à travers un comportement professionnel, de développer des qualités et capacités d'autonomie, d'ouverture d'esprit, de rigueur, d'analyse, de synthèse et de travail de groupe.
    Notre structure à taille humaine a su nouer des partenariats qui permettent à nos étudiants de participer à des séminaires en France hexagonale, au Canada et au Maroc.

    L’ambition de l’équipe pédagogique d’Essentia caraïbes est de former des jeunes qui souhaitent se professionnaliser, tout en développant une culture d’entreprise locale et internationale en constante évolution dans notre département.

    Essentia Caraïbes, l’enseignement Universitaire au sein d’une Ecole au service de l’Entreprise.
  • Le financement des études

    Le contrat de professionnalisation

    Une formation rémunérée prise en charge par un OPCA !

    Objectif
    Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié.
    Son objectif est l’insertion ou le retour à l’emploi des jeunes et des adultes par l’acquisition d’une qualification professionnelle (diplôme, titre, certificat de qualification professionnelle…) reconnue par l’État et/ou la branche professionnelle.
    Le contrat alterne des périodes d’enseignement général, technologique et professionnel et des périodes de travail en entreprise dans une activité en rapport avec la qualification visée.

    Public

    • Jeunes âgés de 16 à 25 ans
    • Demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus
    • Bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH)
    • Personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé
    • Tout employeur du secteur marchand assujetti au financement de la formation professionnelle.

    Type de contrat
    Le contrat peut être à durée déterminée pour une durée comprise entre 6 et 12 mois. Cette durée peut être portée directement à 24 mois pour les personnes sans qualification ou bénéficiaires du RSA, de l’ASS, de l’AAH ou sortant d’un contrat aidé.
    A l’issue d’un contrat en CDD, aucune indemnité de fin de contrat n’est due.
    Le contrat peut également être à durée indéterminée. Dans ce cas, les règles de durée maximale mentionnées ci-dessus portent sur l’action de professionnalisation, c’est-à-dire la première phase du contrat qui s’effectue en alternance.

    Rémunération
    Le montant varie en fonction de l'âge du bénéficiaire et de son niveau de formation initial.
    Niveau de formation ou de qualification avant le contrat de professionnalisation

    Licences professionnelles :

    • Moins de 21 ans Au moins 65 % du SMIC
    • 21 ans et plus Au moins 80 % du SMIC
    • 26 ans et plus Au moins le SMIC ou 85 % de la rémunération minimale conventionnelle ordinaire

    Conseil Régional : Aides individuelles aux demandeurs d’emplois

    Une contribution au coût de votre formation !

    Accordées aux demandeurs d’emploi désireux de se former en Martinique
    Prise en charge des frais pédagogiques-sous conditions de ressources

    Critères d’éligibilité
    Demandeurs d’emplois inscrits depuis 6 mois à l’ANPE

    Financement
    Maximum : 2 516 €

    Contact
    Service instructeur : Service Formation Professionnelle
    Contacts : Secrétariat
    Tel : 0596. 59 63 38
    Fax : 0596 72 68 10
    Mail : formation.professionnelle@region-martinique.mq

    Etudes supérieures : demande de bourse sur critères sociaux

    Attention : la bourse ne finance pas la formation !

    Principe

    La demande de bourse doit être effectuée chaque année par Internet, à l'aide du dossier social étudiant (DSE).
    Elle doit être saisie entre le 15 janvier et le 30 avril précédant la rentrée universitaire, et ce même si l'étudiant n'a pas encore obtenu les résultats de ses examens.

    Dépôt de la demande
    Le dossier social étudiant (DSE) doit être rempli sur le site Web du centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) de l'académie où le demandeur fait ses études.
    Ce dernier doit être en possession de :

    • son numéro INE (numéro d'identifiant national étudiant figurant sur sa carte d'étudiant(e)
    • ou son numéro BEA (base-élèves académique) figurant soit sur sa carte de lycéen(ne) ou sur l'imprimé de confirmation d'inscription au baccalauréat,
    • et l'avis fiscal concernant les revenus perçus en 2009 par sa famille.

    Demandes hors délai
    La demande de bourse présentée au delà de la date limite de dépôt peut être acceptée jusqu'à la rentrée universitaire, en fonction des justificatifs apportés. En effet, la demande de bourse est examinée uniquement en cas de changement important et durable dans la situation de l'étudiant (mariage, divorce) ou de sa famille (divorce, décès, chômage, retraite, maladie), et ce, quelle que soit la date de dépôt.
    L'étudiant doit donc prendre contact avec le service du dossier social étudiant du Crous de l'académie où il est scolarisé.

    Validation de la demande
    Dans les 15 jours suivant la validation de son DSE sur Internet, l'étudiant reçoit du Crous un dossier papier (copie de la saisie effectuée).
    Il doit vérifier les informations saisies en les complétant ou en les modifiant au besoin, puis renvoyer le dossier signé au Crous, en y joignant les pièces justificatives demandées.
    La demande de bourse est prise en compte à la date du retour du dossier papier au Crous, complété des documents demandés.
    Seuls les dossiers complets peuvent être validés par les services du Crous.

    Bien entendu, il est conseillé de se rapprocher de l’administration pour rechercher les solutions de financement possibles pour vos études.

  • Se loger

    Selon vos études, votre budget et votre désir d'indépendance, différents types d'hébergement s'offrent à vous : résidences services, résidences universitaires, les foyers, les logements HLM, la location classique et la colocation.

    • Les résidences avec services: concilient la vie en appartement indépendant et un environnement étudiant fort pratique.
    • Les foyers: accueillent les étudiants en chambres meublées dans une ambiance "internat". Places rares. Non studieux s'abstenir.
    • Le logement social géré par les HLM: quelques chambres ou appartements réservés aux étudiants. Inconvénient : la localisation souvent excentrée.
    • La location classique ou location en ville: l'attrait d'un appartement indépendant, du studio en solitaire au quatre-pièces, selon les budgets.
    • La colocation : permet d'habiter dans un plus grand appartement et de diviser les charges. Prudence de mise avant de s'engager.
    • Attention : Les cités U (résidences universitaires gérées par les CROUS): chambres essentiellement, sont réservés aux étudiants poursuivants leurs études à l’UAG.

    Contrat de location

    Le contrat de location peut revêtir deux formes :

    Le bail "meublé" :
    Les logements meublés sortent du cadre de la loi du 6 juillet 1989 (qui protège assez bien les locataires des logements vides). Ce qui ne veut pas dire que les bailleurs d'appartements meublés aient le droit de faire ce qu'ils veulent. Un certain nombre de dispositions du Code Civil s'appliquent néanmoins dans ce cas.
    Pour les meublés, la rédaction d'un contrat de location n'est pas obligatoire (art. 1714 du Code Civil). Mais, dans l'intérêt de chacun, établir un bail en bonne et due forme reste néanmoins fortement recommandé.
    Les loyers sont libres. À l'échéance du contrat de location, le propriétaire peut augmenter le loyer sans aucune restriction.
    En cours de location, seules les règles de révision et d'augmentation du loyer mentionnées dans le contrat s'appliquent (en général à l'aide d'une indexation sur l'indice INSEE du coût de la construction). En l'absence de clause de révision, le loyer doit être maintenu.
    Vous devrez payer le loyer et les charges aux termes convenus, et utiliser le logement "en bon père de famille". Les obligations sont, à l'entretien du mobilier près, les mêmes que pour un logement loué "nu".
    Le propriétaire doit, quant à lui, délivrer le logement en bon état et effectuer toutes les réparations autres que locatives.
    Les délais de préavis en cas de rupture du contrat ne sont pas réglementés. Propriétaires et locataires doivent donc respecter, soit le délai prévu dans le bail, soit, en l'absence d'un contrat écrit, un délai équivalent au terme du loyer (un mois en cas de paiement mensuel).

    Le bail "nu" ou non meublé
    Tous les logements loués "nus" sont régis par la loi du 6 juillet 1989 (sauf cas de sous-location, même en vide).
    Voici un aperçu des principales dispositions qu'elle contient :

    • Le bail doit impérativement être rédigé par écrit, daté et signé par les deux parties. Il régit les relations entre vous et votre propriétaire.
    • Sa durée minimale est de trois ans renouvelables - ou six ans si le propriétaire est une société - (les logements en foyers ou cités U échappent à cette loi). Il vous est toutefois possible de quitter votre logement en cours de bail, à condition d'en avertir le propriétaire par lettre recommandée avec accusé de réception, au moins trois mois à l'avance.
    • La sous-location est interdite sans l'accord écrit du propriétaire. Si vous obtenez son accord, le loyer que vous demanderez à votre sous-locataire ne devra pas excéder celui que vous payez vous-même.

    Le dépôt de garantie :

    Souvent appelé à tort "caution", il équivaut, au plus, à deux mois de loyer net (hors charges). Il permet au propriétaire de se prémunir contre d'éventuelles dégradations, qui vous seraient imputables et qui pourraient être constatées au moment de votre départ (voir "état des lieux"). D'une façon plus générale, il garantit la bonne exécution des conditions prévues au bail. Il doit être restitué dans le délai maximum de deux mois après la restitution des clés (voir "formalités de départ").
    Contrairement aux idées reçues, le bailleur peut encaisser le dépôt de garantie, le loyer du mois en cours ou celui du premier mois de location y compris la provision sur charges.

    L'assurance habitation :

    Elle est obligatoire pour les locations non meublées et doit couvrir les risques locatifs. Vous devrez apporter votre attestation d'assurance à la remise des clés. Le bailleur peut exiger à tout moment le justificatif de votre souscription de contrat ou de l'acquittement de vos primes. À défaut de vous être assuré, vous risquez la résiliation de votre bail.
    Si pour les locations meublées elle n'est pas obligatoire, nous vous conseillons cependant de vous assurer, car votre responsabilité peut être engagée en cas de sinistre.
    En général, les assureurs proposent des contrats "Multirisque", couvrant à la fois les risques d'incendie, d'explosion, les dégâts des eaux et le vol. Les assurances habitation comprennent de plus obligatoirement une garantie contre les catastrophes naturelles, les tempêtes et les attentats ou actes de terrorisme. Pour une couverture optimum, souscrivez les garanties "recherche de fuite" et "bris de vitres" (intéressant lorsque le logement est équipé de doubles vitrages dont le changement peut s'avérer très onéreux). En cas de dégât des eaux, outre les travaux occasionnés par la fuite, les travaux nécessaires à la localisation et à la réparation de la fuite seront pris en charge.
    Ne sous-évaluez pas votre capital mobilier, et lisez attentivement, avant de signer votre contrat, toutes les clauses relatives aux franchises, aux exclusions et aux plafonds de remboursement.

    Les organismes HLM :

    ils offrent des conditions différentes liées à leur statut : le loyer est payable à terme échu, le dépôt de garantie est équivalent à un mois de loyer et aucun honoraire ne vous sera demandé.

    CAF : les aides au logement (APL et ALS)

    La plupart des étudiants locataires peuvent bénéficier d'une aide versée par la CAF (Caisse d'Allocations Familiales) qui est destinée à couvrir partiellement leur loyer. Mais ces aides ne sont pas des "aides étudiantes". Toute personne disposant de faibles ressources peut en bénéficier.
    Pour obtenir ces aides, vous devez :

    • Etre titulaire d'un contrat de location (le bail ne doit donc pas être au nom de vos parents),
    • Occuper effectivement le logement à titre de résidence principale (les quittances de loyer doivent être établies à votre nom) et vos ressources ne doivent pas dépasser certains plafonds.

    Il existe deux types d'aides au logement versées par la CAF : l'ALS et l'APL. Elles ne sont malheureusement pas cumulables.
    Attention : le logement dans lequel vous vivez ne doit pas appartenir à vos parents !

Emploi du temps